samedi 9 juin 2018

Encyclopédie minérale : La labradorite


Groupe minéral : silicates, sous-groupe des tectosilicates

Famille minérale : Feldspaths plagioclases ; composition de 50 à 70 % d’anorthite et de 50 à 30 % d’albite

Formule chimique : (Na, Ca)(Al, Si)4O8 (sodium, calcium, aluminium, silicium et oxygène)

Gisements principaux : Canada et Russie

Elle fut découverte dans les années 1780 par Foster au Canada, dans la région du Labrador (région qui lui donnera d’ailleurs son nom).

Selon la légende Scandinave, les irisations de la labradorite viendraient du fait que les aurores boréales étaient gardées prisonnières à l’intérieur des roches. Ainsi, lorsqu’elles furent découvertes et brisées pour la première fois, on libéra les lumières célestes qui montèrent jusqu’au ciel alors que quelques-unes restèrent au sol, sous forme minérale, pour remercier l'humanité de cette libération.

Couleurs : Minéraux gris plus ou moins opaques avec des reflets pouvant être de toutes les couleurs du spectre mais arborant le plus souvent des teintes bleues, vertes ou jaunes.

Le saviez-tu ?

- Les reflets de couleur qui font toute la beauté de la labradorite sont appelés des labradorescences*, c’est ce qui fait le caractère unique et reconnaissable de ce feldspath.

- Les labradorites présentant du rouge ou du violet sont les plus rares et les plus convoitées.

* Les labradorescences constituent un jeu de couleurs à reflets métalliques éclatants, où dominent surtout le bleu et le vert mais où peut apparaître tout l’arc-en-ciel. Elles sont causées par la diffraction de la lumière (phénomène d’interférence) au travers des différentes lamelles minérales de la labradorite.

Énergétiquement : Sur le plan physique elle est régénératrice, elle aide à se remettre à la suite de période de grandes fatigues. Elle facilite le développement des facultés d’autoguérison et soulage les migraines. Émotionnellement, elle permet de prendre du recul face aux émotions d’autrui et de ne pas trop souffrir d’empathie. Spirituellement, elle permet de travailler son intuition et accentue les capacités de communication avec l’invisible car elle sert de canal de réception. C’est également une pierre protectrice idéale dans les recherches paranormales.

Déclinaisons, appelations et déformations commerciales :


La spectrolite :


Ce terme caractérisait autrefois les labradorites appartenant au gisement découvert en 1940 en Finlande. En effet, celui-ci est considéré comme le premier ayant apporté des pièces minérales dévoilant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Depuis, d’autres provenances ont été découvertes et cette appellation est désormais entièrement commerciale, parfois utilisée comme simple synonyme mais la plupart du temps accordée aux labradorites de très belle qualité.

La larvikite :

On l’appelle « labradorite noire » du fait de sa couleur anthracite et de ses plaques aux reflets argentés. En réalité, la larvikite est une roche magmatique de la famille des monzonites, originaire de la région de Larvik en Norvège. Elle est composée en quasi totalité de feldspath et est très pauvre en quartz, ce qui peut expliquer la ressemblance et l’amalgame fréquent avec la labradorite.

Énergétiquement, elle est relativement semblable à la labradorite à la différence près qu’elle est beaucoup plus proche de l’énergie tellurique, ce qui fait d’elle un très bon outils d’ancrage.

La galaxite :

Il s’agit à nouveau d’une étiquette commerciale incorrecte. Celle-ci désigne les labradorites contenant un fort pourcentage d’anorthite, les rendants ainsi plus foncées et plus opaques avec de faibles reflets de couleurs, donnant l'impression de petites paillettes. En réalité, minéralogiquement, la galaxite existe ! C'est un oxyde de la famille des spinelles, une roche matte et complètement noire.

Le saviez-tu ?

- Ces labradorites vendues sous le nom de « galaxites » sont souvent plutôt onéreuses alors qu’en réalité il s’agit de labradorites considérées comme étant de mauvaise qualité et dont, la plupart du temps, les grossistes lapidaires se débarrassent à très bon prix.

La labradorite blanche (appelée aussi pierre de lune arc-en-ciel) :



La labradorite blanche est une dénomination commerciale donnée à la peristerite qui, en réalité, est une variété de feldspath plagioclase composée essentiellement d’albite, ce qui lui apporte ses reflets semblables à la labradorite (souvent bleus ou jaunes orangés) et son aspect blanc laiteux.

(en bref, la peristerite aurait presque même pu être appelée
« labradorite albinos » … )

Elle est d’ailleurs également souvent confondue à tort avec la pierre de lune, qui elle, est une variété de feldspath alcalins, contrairement à la labradorite et à la peristerite. De plus, la pierre de lune présente des adularescences (reflets blancs à bleutés) qui sont des effets de lumières en surface et non en profondeur.

Énergétiquement, la peristérite est plus douce, plus rêveuse et reliée à la féminité. Reliée au monde de la nuit, aux énergies lunaires et à un pan plus spirituel et astral, elle conserve néanmoins les même propriétés protectrice que sa cousine, la labradorite.

  • Sources des photos : collection personnelle ou mindat.org