jeudi 21 décembre 2017

« L'attention amène la magie »

Article paru dans le magazine Happinez numéro 30 - Décembre 2017 / Janvier 2018
Plus d'informations ici


«  L’attention embellit tout »
Imaginez que vous possédiez une baguette magique avec laquelle vous pourriez rendre beau tout ce qui est laid. Qu’il s’agisse de quelque chose de ridé et desséché, pelucheux et désordonné, griffé ou taché, rabougri ou flasque, délavé ou usé, Il vous suffirait d’un enchantement pour lui redonner tout son éclat et toute sa splendeur. En réalité, vous disposez d’une telle panacée. Nous la possédons tous. Elle est même gratuite et disponible en abondance, elle fonctionne à tous les coups et agit même dans les deux sens, puisqu’elle vous rend vous aussi plus beau et plus heureux. Il s’agit de l’attention. […] En vous concentrant suffisamment sur quelque chose, vous finissez par en apercevoir la véritable essence.

L’attention embellit tout. Vous devez naturellement prendre le temps qu’il faut. Mais alors, ce que vous regarderez longuement et attentivement vous apparaîtra spontanément comme beau. L’attention a besoin de temps pour révéler la beauté de toute chose laide ou ordinaire. Prenez ce temps, des miracles se produiront. 

Un jour, quelqu’un m’a raconté l’histoire d’une jeune femme qui détestait viscéralement sa belle-mère. C’était un de ces mariages arrangés et la pauvre fille avait été arrachée à sa propre famille. Elle vivait désormais dans la grande maison de sa belle-famille. Sa marâtre ne la portait pas dans son coeur et les deux femmes ne cessaient de se quereller. Un jour qu’elle se faisait gronder pour une énième fois, la jeune mariée n’en put plus et décida de se débarrasser de la mère de son époux. Au fond de la forêt vivait une sorcière à qui elle alla demander de lui concocter un remède pour mettre son plan à exécution. La sorcière lui confia alors une mission « à partir d’aujourd’hui, tu devras coiffer tous les matins la chevelure de ta belle mère. Après trois mois, tu lui prélèveras trois cheveux et me les rapporteras. Ils me serviront à préparer la potion que tu me demandes. »

Après les trois mois, la jeune femme revint voir la sorcière. Elle était dans tous ses états « Est-il possible de faire marche arrière, ou est-ce déjà trop tard? » demanda t-elle en se tortillant les mains. J’ai ici les trois cheveux que vous m’avez demandés. Mais je n’ai plus aucune envie de nuire à ma belle-mère! » Après lui avoir consacré chaque matin pendant trois mois une heure de son attention, sa haine s’était évanouie et elle voyait désormais en sa marâtre une personne gentille et belle.

En réalité, les artistes font exactement la même chose : ils prennent des objets ou des personnes ordinaires, du quotidien, et nous les font voir sous un angle exceptionnel. Ils en apportent quelque chose que l’on peut aimer et contempler pendant de longues heures pour s’y perdre totalement. Avant, lorsque je visitais un musée, j’avais l’habitude de regarder consciencieusement chacune des oeuvres exposées, mais presque au pas de course, car il faut se hâter si l’on veut tout voir… […] Un jour, lors d’une visite dans un musée parisien, j’étais restée clouée et envoutée, je ne sais combien de temps, devant une toile de Claude Monet où l’on voit une femme debout au sommet d’une dune. Certes, l’oeuvre était déjà belle en elle-même, elle n’avait aucunement besoin d’un sortilège pour l’être d’avantage. Mais j’ai ressenti face à cette peinture quelque chose qui allait bien au-delà de l’émerveillement. C’était comme si je pouvais ressentir en moi-même les rayons du soleil, le vent, l’air marin, cette légèreté et cet environnement dépeints sur le tableau. Je savais exactement ce que cela faisait de se trouver là, je le ressentais comme quelque chose de personnel. Cette ampleur, cette légèreté sont manifestement également présentes au fond de mon âme. L’attention de Monet envers la femme sur la dune et mon attention pour son oeuvre m’ont permis de prendre conscience de moi. 

Il en va de même avec l’attention : vous tissez un lien avec l’autre et vous-même. Attention, vigilance, conscience… Tous ces mots se rapportent à ce trésor dont parlent tous les textes spirituels. Ce trésor inestimable qui se trouve en chacun de nous et que nous recherchons tous. Parce qu’il nous permet de nous connecter au reste du monde. Et de l’aimer.

Article écrit par Lisette Thooft

Aucun commentaire: